Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Média télévisés ou l'’art de caricaturer les propos

Article précédent
Job Dating à Rosny sous Bois

Article suivant
Média télévisés ou l'’art de caricaturer les ...

Média télévisés ou l'’art de caricaturer les propos


 

 

Quand le JT de France 2 vous appelle pour demander votre avis sur un sujet d’actualité, vous ne vous faîtes pas prier, trop heureux de pouvoir présenter le travail accompli par l’équipe municipale. Mais voilà, ce qu’il faut savoir avec la TV, c’est que malgré les trente minutes passées à expliquer votre point de vu et les raisons de vos choix, le résultat se réduira à quelques secondes tout au plus qui au mieux caricatureront votre pensée au pire la déformeront.

 

En l’espèce, France 2 m’a appelé hier pour réaliser en urgence (comme d’habitude) un reportage sur la proposition de Brice Hortefeux de généraliser les couvre-feux pour les mineurs délinquants. La journaliste m’explique (en off) qu’elle recherche une commune qui a mis en œuvre cette mesure mais considère que ce n’est pas la solution miracle.

 

Au cours de l’interview (en on), je lui dis qu’effectivement la municipalité avait instauré des couvre-feux comme l’y autorisait la loi et surtout comme le réclamaient au Maire de nombreux parents désemparés face au comportement de leur progéniture. Toutefois, je lui précise qu’effectivement, nous n’avons pas renouvelé l’opération, privilégiant la prise en charge des mineurs dès les premiers signes de décrochage scolaire par exemple grâce à la mise en place d’un Programme de Réussite Educative, ou encore un suivi et un soutien des familles via le conseil des droits et devoirs des familles dans le cadre duquel, je reçois avec le Maire des enfants « turbulents » glissant sur la mauvaise pente avec leurs parents. J’ai aussi détaillé les différentes actions menées tout au long de l’année pour occuper ces personnes désœuvrées.

 

Mais de tout cela, il ne reste rien dans les quelques secondes où ils m’ont utilisé.

 

Sur le couvre-feu lui-même, je leur ai donné des chiffres et des exemples qui précisent que si la délinquance baisse à Rosny, on voit émerger dans les communes voisines une hausse des délits commis avec violence contre les personnes.

 

Je leur ai pourtant répété qu’une telle situation était intolérable, qu’on ne pouvait pas laisser se créer des zones de non-droit, ni ici en Seine-Saint-Denis, ni ailleurs en France. J’ai dit que je comprenais tout à fait l’usage de cette mesure et l’esprit de la proposition de Brice Hortefeux.

 

D’ailleurs à leur dernière question (pas diffusée) demandant si nous appliquerions cette mesure, j’ai répondu OUI, si les circonstances nous y poussent MAIS dans le respect de la Loi (limitation dans le temps et dans l’espace) et surtout en concertation avec les forces de l’Ordre.

Mais que reste-t-il de mes propos  lors de mon passage au JT, rien. Voilà qui me désappointe. Je savais que les média nationaux coupaient franchement les interviews mais hier, je l’ai appris à mes dépends.

 

 

Publié le 05/11/2009

Commentaire

Recopiez le code