Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2019 / 2020
  • Inacceptable

Article précédent
La France Insoumise, sous l’influence de Jean-Lu...

Inacceptable


Il est des choses qui font réagir plus que d’autres et l’attaque d’une permanence d’élu fait partie de ces sujets à réactions variables. J’ai sciemment laissé passer un peu de temps pour constater par moi-même les publications consécutives à l’attaque de la permanence Sylvie Charrière la semaine dernière.

Et bien…rien, pas ou peu de condamnations, à croire que pour certains, c’est normal.

Mais moi je dis non ! Non, il n’est pas normal d’être élu et de se faire attaquer lorsqu’on est dans sa permanence. Par-delà les partis politiques et les idées défendues, on doit aux élus de la République un minimum d’égard. De l’égard pour leur engagement quotidien au service de l’intérêt général ou plus précisément de leur vision de ce dernier. Mais en démocratie, ce sont les visions et les idées qui doivent s’affronter pas les hommes. Il ne faut pas oublier que derrière un engagement politique, il y a parfois une vie de famille mise de côté, des activités, des loisirs qui sont négligés. L’intérêt personnel est mis au placard tout comme pour les bénévoles associatifs.

Je connais et j’estime Sylvie Charrière qui est une élue de terrain toujours prête à échanger, prête à défendre son point de vue mais aussi à le réviser s’il le faut.

Ce qui est arrivé à sa permanence est inacceptable, les menaces qu’elle a subies le sont tout autant. Mais l’absence de réaction l’est aussi. Je voulais le dénoncer et après l’avoir fait de manière privée lui renouveler mon soutien dans cette épreuve.

S’attaquer à un représentant de la nation, c’est attaquer la nation toute entière. Signe s’il en faut d’une étroitesse d’esprit flagrante. Signe qu’aujourd’hui, à la veille des élections municipales, il faut s’interroger sur le sens de l’action politique et rappeler à chacun que nous sommes, à notre niveau, responsables de notre avenir.

Nous avons la chance de vivre en démocratie et les pères fondateurs de la République ont souhaité, dans leur sagesse, nous doter d’un système de démocratie représentative pour garantir une forme de stabilité institutionnelle. La démocratie représentative, c’est le choix de représentants qui prendront, en leurs âmes et consciences les décisions qui lui semblent les meilleures. C’est interroger nos concitoyens à intervalles réguliers. Ce n’est pas solliciter le peuple à chaque fois qu’il faut faire un choix.

Les députés, en l’occurrence, ont été élus pour cinq ans par celles et ceux qui ont fait l’effort de se déplacer. On peut les rencontrer, échanger avec eux mais pas les attaquer pour défendre tel ou tel intérêt personnel qu’on dissimule dans un ressentiment général ; et cela vaut aussi pour les autres mandats.

Ce n’est pas comme cela qu’on élève l’action politique, ce n’est pas comme cela qu’on défend l’intérêt général. Pour cela, il faut du courage. Celui d’expliquer la réalité des choses et ne pas jouer sur les faux semblants.

Or, en période de campagne, il en va des faux semblants comme des mirages dans le désert. Ils se multiplient. Nous voilà prévenus.

Publié le 03/02/2020

Commentaire

Recopiez le code