Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2018 / 2019
  • Fidèle à mes idées

Article précédent
Mort au champ d’honneur

Fidèle à mes idées


Fidèle à mes idées,

Fidèle à mes idées, je suis. Fidèle à mes idées je resterai. Rosny-sous-Bois et ses habitants d’abord.

Mais en tant que maire, je suis un représentant de la République et à ce titre particulièrement sensible à son avenir et à celui des Français.

Pourquoi suis-je entré en politique ? A cette question, je répondrai que j’avais envie d’améliorer le quotidien de mes concitoyens. Et c’est toujours le moteur de mon action aujourd’hui. Les principes restent invariables.

Lorsque j’ai commencé, l’UMP venait d’être lancée. L’UMP de jacques Chirac et d’Alain Juppé avait été pensée comme l’alliance de tous les partis de la droite républicaine. Avec un spectre d’idées relativement large mais héritier de la pensée du général de Gaulle. J’ai tout de suite adhéré à cette philosophie, je m’y suis reconnu dans les valeurs partagées.

Je suis de ceux qui pensent que l’Etat ne doit pas se substituer systématiquement à l’initiative personnelle sauf dans ses fonctions régaliennes comme la police ou la défense. Je suis de ceux qui veulent encourager l’initiative économique et qui croient au travail et au progrès social. Je suis de ceux qui croient en la démocratie, au rôle qu’à chacun de donner mandat à un représentant afin qu’il agisse au mieux. Je suis de ceux qui sont pour le respect des lois et l’exécution des peines sans accepter des excuses fallacieuses pour des comportements criminels. Mais je suis de ceux qui croient en l’ascenseur social, de ceux encore qui ne se résignent pas au déterminisme social et qui le combattent au quotidien car un enfant d’un quartier de Seine-Saint-Denis doit pouvoir réussir au même titre qu’un autre.

Fidèle à mes idées je suis de ceux qui croient en l’équilibre de notre devise républicaine.

Liberté Egalité Fraternité, trois idées qui prennent une autre dimension lorsqu’elles sont réunies.

Alors, quand je découvre que le Canard enchaîné me fait les honneurs d’un article vraisemblablement dicté par un opposant, je me dis que je dois gêner quelques ambitions…

Pour ma part, je suis qui je suis, je ne renie pas mon héritage politique ni mes réflexions du moment qui sont toutes lisibles sur mon blog ou sur le fil de ma page Facebook.

J’avance au grand jour.

Oui, je suis de droite et j’ai toujours agis en conséquence, par fidélité politique même si certaines idées véhiculées par les LR me gênaient. Je l’ai dit à l’occasion aux membres de ma famille politique. Oui, je me suis montré critique envers les actions du président Macron qui au début de son mandat négligeait les conseils des corps intermédiaires et des élus locaux. Mais cela ne m’a pas empêché de saluer son travail et ses décisions sur différents points.

Si je suis dans la critique, je suis dans la critique constructive. Si je combats pour mes idées, je ne me cantonne pas à une idéologie. Puisque les paroles, et particulièrement celles des politiques, sont sujettes à caution, jugez-moi sur les actes : toutes les politiques publiques qui allaient dans le bons sens pour les Rosnéens ont été expérimentées dans ma commune.

C’est cette idée, que certaines personnes peinent à comprendre, qui dernièrement m’a motivé à adhérer à la République des maires présidée par Christophe Béchu. Une association d’élus qui est un laboratoire où des élus locaux peuvent partager des idées et des actions concrètes. Des bonnes pratiques qui ont pour objectif d’améliorer le quotidien de nos concitoyens.

Mais cette ambition-là, simple et si riche à la fois,  tout le monde ne la partage peut-être pas !

Publié le 13/09/2019

Commentaire

Recopiez le code