Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2018 / 2019
  • Grand débat national : il était temps !

Article précédent
Oui à la force du dialogue, non à la violence

Article suivant
Acte XIII : la France doit pouvoir vivre librement...

Grand débat national : il était temps !


Il était temps ! Après avoir ignoré les Français, isolé les corps intermédiaires, méprisé les élus locaux depuis son accession à l’Elysée, Emmanuel Macron tente de renouer le contact avec le terrain. Pour cela, le président a compris qu’il fallait tisser des liens avec les maires, des femmes et des hommes sur le terrain, avec leurs concitoyens.
Il est dommage d’avoir attendu si longtemps, de s’être enlisé dans une crise sociale majeure, de se retrouver acculé pour comprendre la fonction essentielle que remplissent les élus locaux. Un mépris d’autant plus incompréhensible que le Premier ministre, Edouard Philippe, connaît bien ce rôle et invite de nombreux maires, dont je fais partie, à Matignon afin de dialoguer.
Alors que le gouvernement s’enlise dans la crise des gilets jaunes, il voudrait se reposer sur les élus locaux pour renouer le dialogue avec les Français dans le cadre du grand débat national.
Malgré le mépris affiché par le président depuis 2 ans, en tant que maire uniquement soucieux des intérêts des Rosnéens, j’ai choisi d’organiser une réunion d’initiative locale afin que vous puissiez exprimer vos interrogations, vos problèmes et vos attentes le 19 février prochain en mairie. Ce débat étant initié par le gouvernement, j’ai demandé à la préfecture de mettre à disposition un animateur et une personne chargée d’effectuer un compte-rendu des échanges.
Le dialogue est la seule solution pour se sortir de la période de tensions que nous traversons aujourd’hui.
J’ai d’ailleurs tenu à mettre à votre disposition, à l’accueil de la mairie, un cahier de doléances pour que vous puissiez faire remonter vos attentes et vos besoins. Je les enverrai au président de la République dès le 15 mars.
J’ai lu vos écrits. Vous y évoquez principalement une demande d’augmentation du pouvoir d’achat, un sentiment de rupture avec nos représentants nationaux, des problèmes liés aux pensions de retraite, des questions de fiscalité ou encore l’espoir du renforcement des pouvoirs du maire.
J’espère que vous serez nombreux à prendre la parole pour ces sujets qui vous concernent directement, et attend du gouvernement que ce grand débat national se traduira par des actions. Sans cela, je crains bien que la situation ne devienne encore plus explosive qu’aujourd’hui…

Publié le 24/01/2019

Commentaire

Recopiez le code