Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Pas d'insoumis, juste un privilégie

Article précédent
Associer la jeunesse rosnéenne à la démocratie ...

Article suivant
Toutes les générations rosnéennes réunies pour...

Pas d'insoumis, juste un privilégie


Hier matin, la France Insoumise nous a montré son vrai visage : violent et méprisant. Cette profonde nature, ce n’est pas une poignée de militants isolés qui l’a révélée, mais bien ses leaders, ses députés, avec pour chef de file, Jean-Luc Mélenchon lui-même.
Chantre de l’égalitarisme, détracteur autoproclamé des élites et de leurs avantages, « défenseur » d’une justice universelle, c’est pourtant bien Jean-Luc Mélenchon qui vocifère au cours d’une grossière mise en scène : « Ma République c’est moi » ou encore « vous n’avez pas le droit de me toucher monsieur. Ma personne est sacrée, je suis député ».
Cette morgue, c’est celle qu’il reprochait à François Fillon et à Marine Le Pen d’afficher lors des enquêtes qui les concernaient. Il est d’ailleurs à souligner que la présidente du Rassemblement national a chaleureusement applaudi, avec les autres députés d’extrême droite, l’intervention du député insoumis dans l’hémicycle hier. Ce n’est pas la première fois…
Toutefois, je tiens à saluer le professionnalisme des policiers et du procureur qui, malgré les outrages, les intimidations et les violences, sont parvenus à garder leur sang-froid. J’espère que, comme l’a souhaité monsieur Mélenchon à de multiples reprises, la justice se montrera impartiale et ira jusqu’au bout des choses sans se laisser impressionner par le mandat du principal intéressé.
Le débordement d’agressivité diffusé sur nos écrans dévoile la vraie nature de l’idéologie mélenchoniste, mais aussi toute son hypocrisie : derrière un discours égalitaire, se présenter comme étant au-dessus des lois, à travers des propos dégagistes, invoquer ses privilèges face aux forces de l’ordre, sous des airs « républicains », manquer de respect pour le travail de la police et des magistrats.
Bref, je ne vois ici aucun signe d’insoumission, mais plutôt la dangerosité du double discours d’un privilégié.

Publié le 17/10/2018

Commentaire

Recopiez le code