Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Pendez-les blancs : un hymne raciste intolérable

Article précédent
Discours - commémoration de la Libération de Ros...

Article suivant
Associer la jeunesse rosnéenne à la démocratie ...

Pendez-les blancs : un hymne raciste intolérable


« C’est un message d’amour en profondeur plus qu’un message de haine ». Ou bien les déclarations d’amour ne sont pas (du tout) le fort de l’auteur du texte « Pendez les blancs », ou bien ce prédicateur de haine se moque clairement de nous.

Un personnage blanc, enlevé, humilié, battu, assassiné puis pendu par le rappeur et ses acolytes. Voici la manière dont Nick Conrad déclare sa flamme aux antiracistes, avec, pour accroche, la prose suivante : « Je rentre dans les crèches, je tue des bébés blancs, attrapez les vite et pendez leurs parents, écartelez les pour passer le temps, divertir les enfants de tout âge petits et grands ».

Difficile d’être plus explicite, et pourtant, la défense du chanteur impute l’origine du scandale aux auditeurs qui auraient mal compris le message, lui faisant dire ce qu’il n’a pas dit. J’accepte l’idée d’un second, voire d’un troisième degré, la démarche d’inversion du sujet. Mais il n’y a rien de tout ça.

L’incitation à la haine raciale et religieuse doit faire l’objet d’une sévérité intransigeante. D’ailleurs, si les rôles avaient été inversés dans le clip, l’opinion publique aurait bien évidemment réagi avec la même virulence justifiée.  On ne peut laisser les mots souffler sur les braises, les paroles inciter au meurtre, les chansons précéder les actes. Or, il s’agit explicitement ici de l’hymne du communautarisme. Qu’il soit anti-blanc, noir, rouge, jaune… c’est inacceptable.

J’espère que Nick Conrad ne bénéficiera d’aucune indulgence pour son appel au meurtre, raison pour laquelle je soutiens inconditionnellement Brigitte Marsigny, Maire de Noisy-le-Grand dans ses démarches judiciaires. A l’heure où, en Seine-Saint-Denis, les maires et leurs concitoyens œuvrent au quotidien pour la tolérance et le respect, nous ne pouvons pas accepter les messages de haine et de repli identitaire. Il est indispensable que nous restions unis contre le racisme et la violence.

Publié le 28/09/2018

Commentaire

Recopiez le code