Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Coup de gueule : un entretien pour rien

Article précédent
Lieutenant Beltrame : le visage du courage et de l...

Article suivant
Egalité homme-femme : plus que des discours, des ...

Coup de gueule : un entretien pour rien


Que l’on en apprécie ou non la direction, notre pays bouge. Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron réforme. Il réforme trop vite pour certains, dans le bon tempo pour d’autres. Je ne pense pas que l’analyse du rythme des réformes soit fondamentale, mais les résultats de ces dernières, si.

La longue interview de dimanche soir, présenté comme « historique », devait permettre au président de la République de faire assaut de pédagogique, de donner du sens aux transformations qu’il a engagées. Au lieu de ça, nous avons tristement assisté à une dispute de cour d’école : à qui sera le plus brouillon,  à qui parle le plus fort, à qui sera le plus saignant.

N’étant pourtant pas un fervent soutien d’En Marche !, force est de constater que la grande partie de l’échec de cet entretien est à imputer aux interviewers (doit-on plutôt les qualifier de polémistes ?...), Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, qui ont plus essayé d’imposer leurs points de vue, plutôt que de questionner le président de la République sur son action.

Il me semble que ce débat n’a rien clarifié pour les Français. L’agressivité des deux animateurs a juste fait ressortir trois annonces en 150 minutes : réflexion autour de l’instauration d’un second jour de solidarité, projet de réforme du régime des retraites et pas de nouvel impôt local ou national pour compenser la suppression de la taxe d’habitation (annonce qui soulève à elle seule tout un tas de questions restées sans réponses…).

 Il est regrettable que ce grand entretien a principalement servi à satisfaire les égos des deux animateurs, plutôt que de servir aux Français. Sans communication ambitieuse, pas de résultat probant. Mais lorsque l’interview se transforme en débat brouillon, en polémique agressive, personne n’en ressort grandi : ni les Français qui restent sur leur faim, ni la fonction présidentielle, piétinée toute une soirée durant.

Publié le 17/04/2018

Commentaire

Recopiez le code