Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • En mémoire aux victimes du 13 novembre 2015

Article précédent
Discours inauguration du marché centre-ville

Article suivant
Les élus mobilisés contre la suppression des mac...

En mémoire aux victimes du 13 novembre 2015


« Mes possibilités d'empathie, mes capacités de compréhension de l'autre ne me permettent pas de percer les regards vides de ceux qui tuent des innocents avec une satisfaction abstraite, sereine ». Bien que je considère que le pardon doit être l’une des principales vertus de l’humain, je me retrouve dans ces quelques lignes rédigées par Barack Obama suite aux attentats du 11 septembre.

Nous nous souvenons tous de ce que nous faisions le 13 novembre 2015, lorsque nous avons appris que la capitale et sa banlieue étaient la cible de l’une des attaques terroristes les plus sanglante que la France n’ait jamais connue.

En une heure et demie, dix terroristes ont ôté la vie à 130 personnes, blessé 350 autres, et choqué la France, l’Europe, ainsi que toute une partie du monde. 

Ces dix terroristes, uniquement motivés par la haine et l’obscurantisme, avaient choisi leurs cibles : le Stade de France, des terrasses de café et une salle de concerts, le Bataclan. Ils visaient notre mode de vie, nos valeurs, en bref, notre France.

Je me souviens de ces terribles images qui passaient à la télévision. Des regards hagards des blessés qui ne comprenaient pas ce qui venait de se passer. Des visages plein de détresse des familles des victimes. De ces policiers qui devaient concilier leur envie de pleurer, et celle de protéger.

Ils ont souhaité nous mettre à genoux, mais les Français ont su se montrer unis pour combattre cette haine, pour aider les personnes à jamais meurtris dans leur chair et dans leurs pensées, pour que notre nation se relève, et trouve la force de surmonter cette épreuve.

 

Alors que nous rendons hommage à ceux dont la vie a été injustement emportée il y a deux ans, nous commémorions ce weekend le 99ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918.

Une date qui, si elle souligne l’importance de la paix, nous rappelle que nous devons perpétuellement lutter afin de préserver notre mode de vie. Que nous devons nous montrer vigilants afin de ne plus laisser une idéologie sanguinaire nous diviser, et mettre à mal notre démocratie. 

 

Ce deuxième anniversaire coïncide également avec l’annonce de la victoire de la coalition internationale en Syrie et en Irak contre les troupes de l’Etat islamique.

Cependant, nous devons rester sur nos gardes : si les territoires contrôlés par l’Etat islamique sont en déperdition, l’idéologie portée par les terroristes, elle, continue de prospérer.

Cette problématique pose tout un ensemble de questions que le gouvernement devra bientôt trancher : que doit-on faire des familles parties rejoindre Daech, et qui souhaitent aujourd’hui revenir en France ? Les mesures portées par la nouvelle loi antiterroriste entrée en vigueur le 1er novembre dernier suffiront-elles à lutter efficacement contre la menace qui guette nos concitoyens ? Comment combattre efficacement l’idéologie extrémiste qui se propage sur internet et dans certains espaces publics ?

Un ensemble de questions auxquels il faudra rapidement apporter des réponses, tout en maintenant l’unité grâce à laquelle nous avons su faire face aux terroristes.

Publié le 13/11/2017

Commentaire

Recopiez le code