Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Sondage du Parisien : journalisme déconnecté du terrain, méthodologie douteuse, résultats tronqués

Article précédent
Vive Paris 2024 : une journée historique après u...

Article suivant
Redynamisation du commerce et grands projets dans ...

Sondage du Parisien : journalisme déconnecté du terrain, méthodologie douteuse, résultats tronqués


Le 23 septembre dernier, Le Parisien publiait sur son site une « enquête » intitulée : « Notre classement des villes où il fait bon vivre en Île-de-France ».

Le quotidien régional a ainsi hiérarchisé les 385 communes de plus de 5 000 habitants que compte l’Île-de-France sans aucune enquête de terrain préalable, et sans prendre en compte les dynamiques locales. Au lieu de cela, le titre de presse ne s’est appuyé que sur des bases de données dont nous n’avons pas connaissance, ainsi qu’en sélectionnant trente et un critères arbitraires.

Si la méthodologie se révèle subjective, les résultats de cette consultation sont quant à eux surprenants car totalement déconnectés de la réalité, et nuisibles à l’image de nos villes.

 

Rosny-sous-Bois se situe à la 301ème place. Surpris, il m’est cependant impossible de commenter avec précision à cette publication puisque ce sondage est opaque. Mais mon scepticisme quant à la fiabilité de ce sondage se renforce quand je vois qu’une commune comme Neuilly-Plaisance arrive à la 304ème place, que Saint-Maur-des-Fossés se situe au 319ème rang

Les Rosnéens se sont d’ailleurs eux-mêmes insurgés de ce résultat en décalage avec leur ressenti dès samedi, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans la  rue, ou par mail.

Il me semble en effet que notre ville est :

·         Bien desservie (deux stations de RER E, bientôt trois stations de métro pour accueillir la ligne 11 et la ligne 15, située à quelques kilomètres de Paris, accès à plusieurs autoroutes…)

·         Respectueuse de l’environnement (parcs, création d’un PLU respectueux de l’environnement, installation de la géothermie, implantation de l’Autolib’ et du Vélib’, écoconstructions…)

·         Attractive pour les commerces (redynamisation du commerce de proximité, présence de deux grands centres commerciaux, de dizaines de restaurants…)

·         Une ville dans laquelle les structures de santé sont nombreuses (plusieurs maisons de retraites, centre médico-social, présence de nombreux docteurs généralistes et de spécialistes…)

·         Dynamique et animée (375 associations, conservatoire, théâtre, cinémas, Labo, gymnases, halles sportives, centre aquanautique,…)

·         L’une des plus sûres de Seine-Saint-Denis

·         Une ville qui a fait le choix de placer l’éducation comme étant une priorité indiscutable (création d’un groupe scolaire, investissement dans des programmes éducatifs innovants, 50% du budget d’investissement dédié à la petite enfance et à l’éducation…)

D’ailleurs, il y a quelques semaines, Le Parisien relayait le sondage de la plateforme « Mon Avis Citoyens ». A ce jour, 88% des sondés se disent satisfaits de vivre à Rosny-sous-Bois, chiffres que je prends bien évidemment avec du recul.

 

Ouvert à la critique constructive et argumentée, je suis quotidiennement à l’écoute des différents acteurs présents à Rosny. Fier de ma ville, je suis également le premier à reconnaître lorsque quelque chose ne fonctionne pas, afin de trouver au plus vite une solution.

Je tiens donc à dénoncer la méthodologie et à contester fermement les résultats de cette publication hors sol et qui a mis de côté le critère le plus important : le ressenti des habitants. En effet, j’ai l’impression que ce sondage s’oppose totalement à la manière dont les Rosnéens vivent la ville.

Une publication qui, en plus de relayer de fausses informations, nuit à tous les efforts que nous déployons actuellement, et qui font de Rosny, une ville pionnière dans le développement de l’Est Parisien.

Publié le 26/09/2017

Commentaire par chambrai le 08/10/2017 à 01:12:35
Monsieur le Maire,
Vous rendez-vous compte? Récupérer le ressenti des habitants ? C'est bien trop coûteux ! et puis cela obligerait à faire un travail journalistique de qualité... Le Parisien ne devrait pas s'écarter de ses réelles compétences : les chiens écrasés et les accidents de tricycles...

Commentaire

Recopiez le code