Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2018 / 2019
  • Injure envers la mémoire de Simone Veil : quand la nature d’un élu ressurgit sur la toile

Article précédent
Simone Veil : Hommage à la puissance des convicti...

Article suivant
Suppression de la taxe d'habitation: des conséque...

Injure envers la mémoire de Simone Veil : quand la nature d’un élu ressurgit sur la toile


Il est consternant que certains élus de la République française, et ce même à un niveau local, ne prennent pas la mesure de la portée de leur discours sur Internet, et ce plus particulièrement sur les réseaux sociaux.

Ainsi, quelques jours après la disparition d’une grande femme politique, Simone Veil, l’un des membres du Conseil municipal de Rosny a jugé bon de relayer un article intitulé « la diablesse avortueuse en chef a cassé sa pipe, bon débarras ! »…

La bassesse d’esprit de cette pensée extrémiste, qui n’a d’égal que l’immense courage qui caractérisait Simone Veil, est intolérable. La dangerosité de ce discours se retrouve d’ailleurs dans les évènements promus par la source relayée (tel que l’invitation aux « journées d’hommage au Maréchal Pétain »).

Coutumier des insultes à caractère raciste, aux discours haineux, et à la reprise d’article aux sources plus que douteuses, cette personne avait déjà franchi un cap fin 2016, lorsqu’elle avait insulté sur Twitter une élue de la majorité (quelque jour avant de s’excuser platement). Aujourd’hui, aucune limite ne semble pouvoir contenir la haine, la vulgarité et la bêtise de cette personne que je ne nommerai pas, non par peur, non par respect pour les discours haineux, mais parce qu’elle ne mérite pas que son nom soit cité, et qu’elle se reconnaîtra toute seule.

Moralisateur fantoche, il insulte la mémoire des morts. Résistant contre des maux imaginaires, il relaie la parole de ceux vouant un culte à ceux ayant collaboré avec le régime nazi. En bref, il confond liberté d’opinion et pensées nocives.

Au-delà de nos divergences respectives, j’espère que vous vous joindrez tous à moi afin de condamner cet odieux discours que nous ne pouvons plus tolérer, et ce encore moins de la part d’un élu de la République qui siège à nos côtés lors des Conseils municipaux.

Si Twitter est un espace de débats numériques, si les réseaux sociaux nous permettent d’éviter les imprévus liés au face à face, ils ne doivent pas pour autant servir d’exutoire aux idées les plus ignobles et les plus scélérates.

Publié le 03/07/2017

Commentaire

Recopiez le code