Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Retour à la semaine de 4 jours : oui, mais pas au prix de la précipitation et de l’éducation de nos enfants !

Article précédent
Hommage aux victimes de Manchester

Article suivant
Pour un été agréable à Rosny

Retour à la semaine de 4 jours : oui, mais pas au prix de la précipitation et de l’éducation de nos enfants !


Au lendemain de sa nomination au poste de Ministre de l’Education nationale, en 2012, Vincent Peillon annonçait la fin de la semaine de quatre jours pour les élèves Français. Sans concertation aucune, ni avec les parents d’élèves, ni avec les collectivités locales, le décret relatif à la nouvelle organisation du temps scolaire à l’école primaire a été publié le 24 janvier 2013.

Ce weekend, lors du congrès de la PEEP, l’actuel Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a affirmé que dès la rentrée 2017, certaines communes pourraient faire le choix de revenir à la semaine de 4 jours.

Opposant de la première heure à cette réforme, j’ai pourtant été obligé de l’appliquer en septembre 2014 à Rosny. Par conséquent, je salue cette initiative gouvernementale proposant l’assouplissement des rythmes scolaires, qui permet aux communes de mettre en place l’option qui convient le mieux aux enfants.

Interrogé par certains Rosnéens, je réaffirme ma position : je suis pour un retour à 4 jours dans les écoles primaires. Mais dans un domaine aussi crucial que l’éducation, je ne veux pas prendre de décision précipitée. En outre, il faudrait interroger les partenaires sur la faisabilité du projet.

 

Les raisons pour lesquelles je suis opposé à la réforme des rythmes scolaires de 2013

Brutale pour les enfants, violente pour les parents d’élèves comme pour les communes, coûteuse pour les finances locales, compliquée pour l’Education nationale : la réforme imposée par Vincent Peillon déplait à tout le monde.

Brutale pour les enfants qui ne disposent plus que de deux journées de vrai repos, accumulant ainsi de la fatigue.

Violente à cause de l’absence de consultation des parents d’élèves et des collectivités. Nous avons été forcés de boire cette potion amère concoctée dans les bureaux du Ministère de l’Education nationale, alors qu’elle ne prenait pas en compte les particularités locales.

Coûteuse pour les finances locales, l’Etat ne remboursant pas l’intégralité des sommes investies par les communes.

Si je souhaite abandonner la réforme des rythmes scolaires, je ne pourrais pas la modifier dès la rentrée 2017.

D’une part parce que le décret d’application n’est pas encore publié.

D’autre part car je souhaite prendre le temps de la concertation pour le bien de nos enfants.

 

Pourquoi il est prématuré de revenir à la semaine de 4 jours dès la rentrée 2017 ?

Nous sommes aujourd’hui le 30 mai 2017 et le décret permettant l’assouplissement des rythmes scolaires n’est toujours pas publié. Les enfants rosnéens feront leur rentrée le 5 septembre prochain, dans trois mois. Quand bien même le décret serait publié demain, notre Ville ne possède ni les moyens humains, ni les ressources matérielles, ni les solutions organisationnelles afin de mettre en place ce genre de transformation dans un laps de temps aussi court. Nos services ont déjà préparé la prochaine rentrée avec soin, pour permettre à nos enfants de débuter l’année scolaire dans les meilleures conditions. Je pense également aux parents qui devraient s’organiser à la dernière minute afin de s’adapter à ce changement.

Par conséquent, si le décret gouvernemental est publié cet été, nous ne sommes pas en mesure de l’appliquer dès la rentrée 2017.  

La publication tardive du décret ne doit pas nous pousser à prendre de décision à la hâte. En particulier quand il s’agit de l’éducation et du bien-être de nos enfants. Par conséquent, si le cycle de consultation que je désire engager fait ressortir qu’il est préférable de revenir à la semaine de 4 jours, nous serons en mesure de le faire pour la rentrée scolaire de 2018.

Publié le 31/05/2017

Commentaire

Recopiez le code