Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Emmanuel Macron et l’exonération de la taxe d’habitation : un piège tendu aux Français

Article précédent
Présidentielles 2017 : Cachez ces programmes que...

Article suivant
Union européenne : 60 ans de paix et de prospér...

Emmanuel Macron et l’exonération de la taxe d’habitation : un piège tendu aux Français


A quelques semaines du premier tour des élections présidentielles, l’ancien ministre de l’économie de François Hollande est prêt à acquiescer à toutes les propositions saugrenues qui lui arrivent à l’oreille. Sa dernière lubie : l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des ménages en 2020, et un allègement de celle-ci dès 2018.

Depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, les collectivités locales déplorent déjà une baisse conséquente des dotations de l’Etat, soit deux milliards d’euros sur l’ensemble du territoire. Cette mutilation, brutale et non concertée, a forcé les maires de France à revoir certaines de leurs ambitions à la baisse, à essayer de faire autant qu’avant avec moins de moyens.

Au cours de cette campagne présidentielle et afin de « soulager » les classes populaires et moyennes, le candidat d’En Marche s’est engagé à exonérer 80% des ménages de la taxe d’habitation. Fausse bonne nouvelle pour les Français qui, si cette mesure est appliquée, risquent de voir leur cadre de vie se dégrader sensiblement.

Afin de résorber ce manque à gagner, le candidat d’En Marche Emmanuel Macron promet que l’Etat paiera la taxe d’habitation, ce qui coûterait environ 10 milliards d’euros, selon son propre chiffrage.

Mais qui peut croire à cette promesse? Les maires vont-ils se laisser berner par cette ineptie alors même que nous luttons quotidiennement contre les conséquences dramatiques du désengagement soudain et unilatéral de l’Etat envers les collectivités locales ? 

Les électeurs quant à eux, acceptent-ils que cet argent soit dérobé aux collectivités locales ? Que devrons nous fermer en premier par manque de moyen ? Les écoles ? Les bibliothèques ? La police municipale ? Raboter le budget de l’entretien de la voirie ? Celui dédié aux associations ? …

Par ailleurs, comme le rappelle à juste titre François Baroin et André Laignel, « 42% des Français bénéficient déjà de nombreux dispositifs d’allègements, de dégrèvements, d’exonérations ou de plafonnement » de la taxe d’habitation.

 

Choisir Macron, c’est enchaîner avec cinq nouvelles années de Hollande

Le 14 mars dernier, Jean-Pierre Mignard, ami intime de François Hollande, déclarait au journal l’Opinion : « Dans la future majorité autour de Macron, Hollande jouera évidemment un rôle important ». Qui peut douter de la proximité entre la politique menée par l’actuel président de la République, et celle espérée par le candidat Macron ? Le manque de courage pour définir un cap clair et cette absence de conviction ne vous rappellent personne ? Il n’y avait d’ailleurs qu’à regarder le débat sur TF1 pour le voir acquiescer à chaque intervention des quatre autres orateurs…

Cependant, comme l’a souligné Eric Brunet, après avoir séduit les électeurs de droite durant le début de sa campagne, Emmanuel Macron cherche aujourd’hui à amadouer les électeurs de gauche. Mais cette avalanche de promesses, ces cadeaux par milliers risquent d’avoir un goût très amer pour les Français.

Quelques exemples : un plan de relance de 50 milliards d’euros, douze élèves par classe en REP, 5 milliards d’euros pour la modernisation des exploitations agricoles, embauche de plus de 10 000 policiers et gendarmes, réduction des cotisations sociales pour les salariés, pour les indépendants ainsi que pour les employeurs, 15 000 places de prison en plus, création de 80 000 logements pour les jeunes, rénovation d’un million de logements mal isolés, augmentation des moyens mis à disposition des parlementaires français, formation d’un million de jeunes et d’un million de chômeurs, remboursement de la perte due à l’exonération de la taxe d’habitation…

Qui peut s’imaginer un instant que ces mesures ne coûtent rien car « c’est l’Etat qui paie » ? Ou bien la République française va sortir de son chapeau un trésor inimaginable dont nous n’avons pas connaissance pour financer l’ensemble de ces projets, ou bien le programme de Monsieur Macron va coûter plusieurs centaines de milliards d’euros aux contribuables français qui verront dans le même temps leur cadre de vie se dégrader.

Cependant, pour moi, l’hypothèse la plus probable reste la suivante : quand bien même Emmanuel Macron arriverait à l’Elysée en Mai prochain, il n’appliquerait pas la majeure partie des promesses faites lors de sa campagne… Ce cas de figure ne vous rappelle rien dans l’histoire récente de notre pays ?

Publié le 23/03/2017

Commentaire

Recopiez le code