Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Fin de la primaire des ministres : mais que vont faire les socialistes ?

Article précédent
Primaire des ministres : mascarade à Rosny et en ...

Article suivant
Affaire Théo : Appel au calme et à la raison

Fin de la primaire des ministres : mais que vont faire les socialistes ?


S’agit-il de la fin de la longue agonie du Parti Socialiste ? Hier soir, Benoît Hamon a été élu par les militants de gauche avec 58,71% des voix. Comme je l’évoquais la semaine dernière sur mon blog, l’ambiance délétère régnant entre les deux principaux clans du PS risque bien de mener ce parti à sa perte. Et paradoxalement, c’est la désignation de son candidat pour l’élection présidentielle qui risque de marquer la fin de cette chute.

 Si de son côté Benoît Hamon en appelle aux écologistes ainsi qu’à Jean-Luc Mélenchon, de nombreux soutiens de Valls préfèrent claquer la porte du PS afin de se rallier à l’illusion Macron. Cette rupture brutale ne s’est d’ailleurs pas faite attendre longtemps : quelques heures à peine après l’annonce des résultats du second tour, un certain nombre de « socialistes réformateurs » ont officialisé leur départ. D’autres sont par ailleurs prêt à conclure cette procédure de divorce, considérant comme dangereux ce qui pourrait résulter d’une confrontation entre l’utopie proposée par Benoît Hamon et sa confrontation avec la réalité du terrain.

Alors que vont faire les socialistes ? Et surtout : que peut faire Benoît Hamon pour contrer cette dynamique ? Appeler à se plier au choix de la majorité serait ironique pour lui, l’un des fers de lance de la fronde socialiste.

 

A Rosny-sous-Bois, la gauche locale peine à intéresser la population

Après la campagne d’affichage sauvage menée par l’opposition locale afin de faire la promotion de la primaire des ministres, force est de constater que celle-ci n’a pas mobilisé les foules. Tout comme au niveau national, le second tour de la « primaire citoyenne » a comptabilisé près de deux fois moins de votes que le second tour de la primaire ouverte de la droite et du centre sur Rosny.

Alors qu’il y a deux mois, 1993 Rosnéens s’étaient déplacés afin de voter pour le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle, la primaire des ministres n’en a enregistré que 1086, soit moins de 5% des habitants inscrits sur les listes électorales ! 

Reste à savoir ce que vont faire les membres de l’opposition locale ? Assisterons-nous par ailleurs à l’apparition d’une candidature En Marche ! dès juin prochain sur la 8ème circonscription ? 

Publié le 30/01/2017

Commentaire

Recopiez le code