Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Primaire des ministres : mascarade à Rosny et en France

Article précédent
Demande de transmission des informations concernan...

Article suivant
Fin de la primaire des ministres : mais que vont ...

Primaire des ministres : mascarade à Rosny et en France


Hier se tenait le premier tour de la primaire citoyenne… que je devrais plutôt appeler la primaire des anciens ministres de François Hollande (les quatre premiers ayant été placés à la tête d’un ministère durant le quinquennat socialiste). Moi qui pense que les primaires constituent une bonne chose pour la démocratie, une manière d’impliquer davantage les citoyens dans la destinée de leur pays, je ne sais que dire de la mascarade à laquelle nous avons assisté hier.

Il y a deux mois quasiment jour pour jour, le 1er tour de la primaire ouverte de la droite et du centre avait attiré près de 4 300 000 votants. Hier, la primaire des ministres en a compté 1 450 000, soit 3 fois moins ! C’est vous dire si, comme l’affirme François Hollande, ce quinquennat a permis aux Français de considérer que « ça va mieux » !

Mais ce chiffre pourrait même être revu à la baisse ! Selon certains médias, les chiffres de la participation et ceux des résultats pourraient être faux. Comme l’indique Libération, le décompte des voix publié ce matin pose un problème : alors qu’il y aurait 350 000 votants de plus que la veille, le pourcentage de chaque candidat est exactement le même… Amateurisme, encore et toujours.

Quant aux résultats, il est comique de se rappeler qu’il y a quelques mois, les militants de gauche se plaisaient à mettre en valeur la « guerre des chefs » entre François Fillon et Alain Juppé. Que disent-ils après avoir entendu Manuel Valls qui, le soir-même du premier tour, déclare : « Je suis heureux de me retrouver face à Benoît Hamon. Un choix très clair se présente désormais à nous et à vous, mes chers compatriotes : le choix entre la défaite assurée et la victoire possible, entre des promesses irréalisables et infinançables et une gauche crédible qui assume les responsabilités du pays ». Mauvais perdant, celui qui était chef du gouvernement il y a encore une poignée de semaines (et qui s’est difficilement qualifié au second tour) voit en son adversaire le choix d’une « défaite assurée ». Cette phrase très élégante nous laisse imaginer l’ambiance des négociations qui auront lieu après le second tour…

Quant à Benoît Hamon, parlons un peu de son bref passage au ministère de l’éducation. 147 jours, c’est peu pour un ministre. Et pourtant, ils ont suffi à Benoît Hamon pour s’attirer les foudres d’une grande partie des Français : mise en place de la réforme des rythmes scolaires, débat autour de la suppression des notes à l’école… Voici les « bonnes » idées de Benoît Hamon en 147 jours. Imaginez un peu cinq ans de ce genre de réformes !

 

A Rosny-sous-Bois, la primaire des ministres a attiré 691 votants, soit moins de 3% des habitants inscrits sur les listes électorales !

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, « Arthur Bill Lrx » (colistier sur la liste de gauche à Rosny lors des dernières élections municipales), voit dans la participation des Rosnéens à la primaire ouverte de la droite et du centre une « lassitude de l’électorat de l’URAM ». 1912 votants le 20 novembre dernier, 691 votants hier… Je laisse à nos amis de la liste Rosny écologique et solidaire le loisir de calculer la différence entre ces deux chiffres.

Je profite de cette tribune pour demander à l’opposition municipale (qui aime dénoncer la « mauvaise gestion » de la Ville), de cesser immédiatement leur campagne d’affichage sauvage dans la commune. Cette méthode est proscrite par le Code électoral et des panneaux municipaux sont prévus à cet effet.

Je ne pense pas que cette propagande électorale qui encombre les façades des immeubles soit de nature à inciter les Rosnéens à se déplacer davantage pour le second tour.

Publié le 23/01/2017

Commentaire

Recopiez le code