Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Elections Donald Trump : Décision d’un peuple souverain et nécessité pour la France de défendre ses intérêts

Article précédent
Le Centre aquanautique Camille Muffat ouvre ses po...

Article suivant
Primaire de la droite et du centre : Où, quand, ...

Elections Donald Trump : Décision d’un peuple souverain et nécessité pour la France de défendre ses intérêts


Cette nuit du 9 novembre 2016, Donald Trump est devenu le 45ème président de la plus grande puissance mondiale. J’entends aujourd’hui beaucoup de discours moralisateurs des représentants de la bien-pensance-donneuse-de-leçons pour expliquer au peuple américain qu’il a mal voté et que, vraiment, il ne comprend rien à la politique.

De mon côté, je souhaiterais éviter cette posture paternaliste. Tout d’abord, Donald Trump, que l’on aime le personnage ou non, que l’on adhère à ses idées ou non, que l’on apprécie son entourage ou non, a été élu par les Américains de manière démocratique et que par conséquent, personne n’a le pouvoir de s’octroyer le monopole du jugement sur un peuple souverain.

Cependant, il me semble plus que jamais nécessaire de mettre en garde contre les dérives populistes et démagogues de certains partis politiques, notamment en France. Il est en effet inquiétant, et c’est que nous pouvons tous aujourd’hui constater dans la sphère publique française, le fait que les problèmes fondamentaux face auxquels nos pays se trouvent, font l’objet d’un simplisme outrancier, de revirements incessants, et que l’arène politique se transforme plus en one-man-show, dans laquelle les petites phrases mais également les attaques pernicieuses occupent une place de choix.

Cette élection américaine permet aussi de s’interroger sur la place des médias et des sondages dans nos démocraties. La radio, la télé, la presse, les médias numériques ont contribué à faire le lit du populisme en contribuant à la dévalorisation de la fonction politique en s’amusant des phrases des « bons clients » les plus extravagants, et en transformant le personnel politique, sensé promouvoir des idées, en stars médiatiques, privilégiant la forme et les prises de paroles simplistes qui sont destinées à retenir l’attention de l’opinion publique.

Et que dire des sondages dont la quasi-totalité prédisait la victoire nette et sans bavure d’Hilary Clinton… Il serait également revivifiant pour la démocratie de s’interroger sur la pratique de cet outil qui simplifie bien trop souvent les problèmes politiques, et dont les chiffres obtenus sur un échantillon plus ou moins grand, font office de résultats incontestables dans les médias que nous consultons.

De mon côté, je reste quand même très réservé quand aux solutions proposées par Donald Trump lors de sa campagne. Le président de la première puissance, qui dispose d’une majorité parlementaire pour gouverner, a basé ses discours sur le protectionnisme économique, la limitation des accords commerciaux, le rejet de l’l'étranger (et notamment des Français), l’isolationnisme et le climatosceptisme… Espérons que son arrivée à la tête de la Maison Blanche adoucisse ses positions afin qu’il s’impose en président rassembleur, et que la communauté internationale puisse gérer de manière apaisée tous les défis que nous avons à relever actuellement.

Cette élection aura des effets sur les relations internationales qu’entretiennent Paris et Washington. Il est aujourd’hui primordial que les Français, et l’Europe de manière plus globale, sachent faire respecter leurs positions et faire valoir leurs intérêts face aux Etats-Unis. Selon moi, cet impératif d’autorité et de défense des intérêts internationaux doit être un des thèmes principaux des élections présidentielles de 2017. C’est d’ailleurs ce que rappelait ce matin Alain Juppé : « Plus que jamais, les Français ont besoin d'une France forte et d'un président de la République qui puisse être entendu et respecté par ses partenaires ».

Publié le 09/11/2016

Commentaire

Recopiez le code