Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • On avait dit plus jamais ça…

Article précédent
Ne laissons par la CGT gâcher l’Euro !

Article suivant
76ème anniversaire de l’appel du 18 Juin 1940

On avait dit plus jamais ça…


 

Comment ne pas être écœuré ? J’en suis malade. Daesh vient de revendiquer à Orlando la tuerie la plus meurtrière aux Etats Unis depuis le 11 septembre 2001. Et ces barbares viennent, en France cette fois ci de revendiquer un nouveau crime ignoble dans les Yvelines.

Voilà malheureusement la triste preuve que les mesures draconiennes du plan « Vigipirate alerte attentat » ont encore tout leur sens.

Voilà la triste preuve que la vigilance est de mise parce que l’ennemi peut frapper à tout instant.

C’est le principe même du terrorisme. Cette menace intangible portée par un petit groupe de fanatiques à l’encontre de la multitude pacifique.

Quand on analyse un peu le profil des victimes, on retrouve des cibles habituelles des extrémistes religieux : la fête et les homosexuels. Ce sont d’ailleurs souvent des cibles classiques de tous bords et je ne serais pas surpris d’entendre quelques voix (isolées je l’espère) qui diront : « ils l’ont bien mérités ».

Non ! Rien ne justifie d’être abattu comme cela.  Je ne suis pas homosexuel et pourtant, je me sens concerné.  Rien ne justifie un tel acte ! Il s’agit d’un point capital car nous vivons dans un pays de droit qui offre à chacun la liberté des préférences sexuelles.

Je suis prêt à me battre pour cette liberté, même si je ne me sens pas concerné directement, parce que reculer sur ce point, ce serait comme valider la barbarie d’Orlando !

Les victimes du forcené des Yvelines peuvent surprendre de prime abord, mais en fait, il ne s’agit que d’une évolution naturelle de la stratégie de Daesh qui délivre aussi un message aux forces de l’ordre et les menaçant, jusque dans leur vie privée. Plus que jamais, les garants de l’ordre (policiers nationaux et municipaux, gendarmes, soldats, pompiers, etc.) reçoivent mon respect et mes remerciements.

Mais il ne faut pas nous y tromper, nous sommes en guerre contre Daesh, EI ou quel que soit le nom que ces fanatiques se donneront. La France est en guerre, et les Français aussi. Tous les Français.

Alors que le mois sacré du Ramadan vient de commencer, mois qui incite les personnes de confession musulmane à une introspection forte pour se purifier et mieux communiquer avec le divin. Les théologies enseignent qu’il faut rester sobre pour bien embrasser la dimension spirituelle de cette période.

Les terroristes de Daesh n’offrent qu’une vulgaire parodie de l’Islam. Ce n’est pas ma confession, mais je respecte les croyants qui souhaitent vivre leur foi sous les auspices et la protection de la République française.

Ceux-là, ceux qui sont citoyens français avec les droits et les devoirs que ça implique sont aussi en guerre contre Daesh. Ils faisaient partis des victimes du 13 novembre.

On avait dit plus jamais ça… et pourtant c’est arrivé à nouveau et la menace est toujours aussi vive. Les mesures de précaution prises par les communes seront plus que jamais nécessaires, et ce pour assurer la sécurité de tous.

Dans quelques jours, nous célèbrerons le 76ème anniversaire de l’appel du 18 juin lancé par le Général De Gaulle sur les ondes de la BBC en 1940. Toujours dans cet esprit, nous devons continuer de nous mobiliser, nous montrer unis et solidaires, pour lutter contre le terrorisme et le climat délétère que ces actes tentent d’instaurer aux quatre coins du globe.

Publié le 15/06/2016

Commentaire

Recopiez le code