Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2018 / 2019
  • Fusillade à Grenoble : ne tolérons pas l’intolérable

Article précédent
Un maire à la primaire : pourquoi je soutiens Ala...

Article suivant
Placer la laïcité au cœur de la vie municipale...

Fusillade à Grenoble : ne tolérons pas l’intolérable


Lundi 25 avril, dans le quartier de Teisseire à Grenoble, trois hommes âgés de 17 à 28 ans ont subi les frais d’un règlement de compte probablement lié au trafic de drogue. Le bilan est lourd : deux morts et un blessé grave, avec un assassin qui court toujours dans la nature. Comble de l’ignoble : l’exécution s’est déroulée à quelques pas d’un bâtiment scolaire, alors même que les enfants venaient tout juste d’effectuer leur rentrée des classes. 

 

Je ne peux être qu’incrédule devant un tel déferlement de violence qui coûte la vie à un père de famille, à un adolescent, à un fils, et ce quel que soit leur passif judiciaire. Mais je condamne avec d’autant plus de force cet acte odieux que désormais, les règlements de compte liés à la drogue se déroulent jusque devant les écoles, institutions chargées de transmettre les valeurs de la République à nos enfants ! 

 

Car ce genre de fait divers n’est pas isolé. Ce fut, par exemple, le cas à Montreuil il y a trois ans. Des coups de feu avaient été échangés à l’heure de la sortie des enfants devant une crèche départementale et un groupe scolaire. Des parents d’élèves avaient d’ailleurs relaté le fait que certains élèves de la crèche avaient été apeurés et très choqué par les détonations. 

 

Pour en revenir à Grenoble, un habitant confiait cyniquement aux journalistes présents sur place après la fusillade que ce type d’exaction ne l’étonnait pas dans le quartier de Teisseire. Mais comment s’habituer à ce que des gamins soient exposés de la sorte à une violence extrême ? Comment accepter que la mort puisse se trouver sous les fenêtres d’un établissement scolaire en 2016 ? Comment peut-on trouver normal le risque qu’une balle perdue touche un innocent ? 

 

Je refuse que les fondements de la République puissent ainsi être mis en danger par une poignée de voyous sans foi ni loi, et ce dans l’indifférence. Ce genre de faits divers m’oblige à déplorer le fait que les dernières « barrières morales » que semblaient jusqu’ici respecter les criminels ont été écroulées. Leurs familles et leurs amis doivent cesser de couvrir ces crapules qui n’hésiteraient pas à mettre en danger l’innocence, voire la vie de nos enfants. Nulle question de « lâcheté » en collaborant avec la police pour mettre en prison ces sauvages qui ne sont plus ni vos frères, ni vos enfants, ni vos voisins à partir du moment où ils sont capables de mettre en péril l’intégrité physique et morale de personnes sans défense. 

 

Ensemble, nous devons lutter avec acharnement contre l’intolérable, et les élus sont à l’avant-garde de ce combat. Nous avons pour mission principale de faire respecter l’ordre public. En tant qu’édile, l’un de mes objectifs prioritaires est de protéger l’intégrité et l’innocence de nos enfants, les citoyens qui représentent la nation d’aujourd’hui et de demain.

Publié le 04/05/2016

Commentaire

Recopiez le code