Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Aurélie Fouquet n’est pas morte par hasard

Article précédent
Le mot du jour: Brexit

Article suivant
Lettre Ouverte aux Rosnéennes

Aurélie Fouquet n’est pas morte par hasard


Lorsque j’ai entendu à la radio qu’Aurélie Fouquet, dont le procès des assassins s’ouvre aujourd’hui, était morte par hasard ; mon sang n’a fait qu’un tour et j'ai eu une pensée émue pour sa famille.

 

Non, Aurélie Fouquet n’est pas morte par hasard !

 

Elle est décédée pendant son service. Elle est tombée dans l’exercice de ses fonctions. Ils ont tué une policière municipale qui avait prêté serment de participer au maintien de l’ordre. Elle avait voué sa carrière à assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique, à servir la population sous l’autorité d’un maire.

 

A travers le procès qu’il s’ouvre aujourd’hui, se joue notamment la reconnaissance de toute une profession. Un corps qui mérite, au regard de son engagement, de sa présence sur le terrain et parfois de l’hostilité qu’il doit affronter une vraie reconnaissance.

Ce sujet me touche d’autant plus que je suis maire et que la police municipale rend compte d’abord et avant tout aux maires dont elle est l’expression physique des pouvoirs de police.

 

J’étais présent à l’hommage rendu à Villiers sur Marne, il y a  trois ans. J’y étais par solidarité et pour accompagner les policiers municipaux de Rosny-sous-Bois dont certains venaient de perdre une amie.

En ce jour funeste où la jeune mère fut tuée et son collègue gravement blessé, toutes les polices municipales du secteur s’étaient spontanément mises en alerte et à disposition de la police nationale pour stopper ces fous furieux de braqueurs et protéger les populations de nos villes.

 

De ce procès, j’attends que la Justice prononce une sentence afin que la plaie puisse commencer à cicatriser. Mais, je crois que c’est aussi l’occasion d’envoyer un message aux criminels que rien n’arrête. 

Ce message est simple : aucun crime ne restera impuni et face aux truands, il faudra aussi compter sur les forces des polices municipales.

Publié le 01/03/2016

Commentaire

Recopiez le code