Claude Capillon
Maire de Rosny-sous-Bois, 1er Vice-Président de Grand Paris Grand Est
www.claudecapillon.fr

  • Articles 2017 / 2018
  • Le vote électronique et/ou internet (à ne pas confondre) pour lutter contre l'abstention?

Article précédent
Quand Barto s'en prend à la personne de Valérie ...

Article suivant
Plan d'action pour l’île-de-France de Valérie ...

Le vote électronique et/ou internet (à ne pas confondre) pour lutter contre l'abstention?


Pour ceux d’entre vous qui n’auraient pas pu suivre le débat j'ai participé, il vous suffit de suivre le lien suivant :

 

Pour en savoir plus sur le sujet: www.avvecollectivites.fr

Publié le 06/11/2015

Commentaire par Evrard MERCIER le 09/11/2015 à 09:20:14

Je n'aime pas le vote électronique, et ce pour deux raisons.
La première est une considération de bon sens. Quand on apprend, à peu près toutes les semaines, qu'un adolescent un peu futé et doté d'un ordinateur un peu performant est capable de pirater les fichiers d'une grande banque, ou qu'un bon hacker est capable d'aller se balader dans les fichiers du Pentagone ou du FBI, il faut être bien naïf ou bien confiant en l'humanité pour gober cette idée que toute fraude est absolument impossible à partir des "machines à voter". Tout dispositif informatique est piratable, et je ne vois pas au nom de quoi le dispositif du vote électronique pourrait être à l'abris du piratage, donc de la malveillance et de la fraude. D'autant que les brèches dans le dispositif sont nombreuses : entre le bureau de vote et le bureau centralisateur, entre le bureau centralisateur et la Préfecture, entre la Préfecture et le Ministère de l'Intérieur. Mais tout cela a été dit et redit, cent fois, en vain...
La seconde raison est une considération plus subjective et tout à fait personnelle de l'ancien président de bureau de vote que j'ai été au temps où les citoyens de Rosny sous Bois votaient encore avec des bulletins et des enveloppes glissées dans des urnes. Ce que je regrette profondément c'est non seulement la poésie de ce rituel qu'était le vote, mais l'instant fort que constituait l'heure du dépouillement des bulletins. Pendant environ douze heures une dizaine d'hommes et de femmes, nécessairement militants, et militants de sensibilité différentes, se relayaient derrière l'urne et la journée connaissait parfois des tensions, et les piques et les échanges aigres étaient monnaie courante. Mais toujours dans le climat d'estime qui ne peut pas ne pas exister dès lors qu'on est entre citoyens d'une même ville animés, chacun à sa façon, du souci du bien commun.
Et puis il y avait le casse-croûte du soir avant le dépouillement, le petit coup de rosé pour faire passer les dernières minutes avant la fermeture du bureau de vote. Et alors entraient en scène les scrutateurs qui venaient dépouiller, toujours les mêmes visages, avec aussi de tout jeunes électeurs pour qui ce dépouillement était le premier contact avec le civisme actif. Je regrette ce dépouillement des bulletins avec sa tension, ses vannes un peu perfides qui fusaient autour des tables, et les ineffables bulletins surchargés avec des propos qui volaient plus ou moins haut, mais qui étaient sinon toujours amusants du moins très instructif quant à l'état de l'opinion publique. Le dépouillement des bulletins était un temps fort de la vie et de la démocratie locale. Je ne suis pas bien sûr que son remplacement par le vote électronique soit une avancée pour la démocratie et une bonne action pour le civisme..

E. MERCIER
Ancien Conseiller Municipal de Rosny sous Bois

 

Commentaire

Recopiez le code